Catégorie référençant toutes les actualités de l’établissement

Villa Savoye

Jeudi 17 octobre et vendredi 18 octobre 2019, les classes de 2e année, 5e1, 5e2 et 5e3 de l’EREA Toulouse-Lautrec de Vaucresson ont visité la villa Savoye de Poissy. Les élèves ont été préparés à cette visite par des travaux en cours de technologie et arts plastiques.

La villa Savoye a été bâtie entre 1929 et 1932. Elle est encore aujourd’hui d’une grande modernité par ses formes, ses matériaux (béton armé, verre, métal), sa couleur blanche. Cette villa destinée à la famille d’un assureur parisien, Monsieur Savoye, est l’oeuvre d’un architecte très célèbre : Le Corbusier, qui avait énoncé en 1927 ses « cinq points pour une architecture moderne ». Ces cinq points d’architecture ont été mis en application à la villa Savoye :

Deux conférencières nous ont fait découvrir cette villa et son histoire. Elles ont pu répondre aussi aux questions des élèves qui se sont montrés tout à fait intéressés. Nous avons pu visiter la totalité de la villa grâce à la présence de plans inclinés permettant de passer facilement d’un étage à l’autre, jusqu’au toit-terrasse.

Des travaux en classe doivent encore permettre une exploitation pédagogique de cette sortie.

Journée Nationale Sport scolaire

Le 25/09 dernier, 22 élèves de l’association sportive (AS) ont participé à la journée nationale du sport scolaire mise en place par l’UNSS.

Pour l’occasion, notre AS du collège et celle du collège Bergson à Garches se sont réunies pour participer à une après-midi sportive partagée. Au programme, découverte (ou redécouverte) des activités proposées dans chacune de nos AS. Ainsi les élèves ont pu participer à 3 ateliers : basket-fauteuil, Badten (tennis de table et badminton) ainsi que circuit training.

Chaque groupe était mixé avec les élèves des deux établissements. Ainsi, cet après-midi a permis aux élèves de pratiquer ensemble sous le signe de la convivialité et de l’ouverture, permettant de nouvelles rencontres et ouvrant des projets futurs ensemble.

Vie Lycéenne

Les élus CAVL se sont réunis vendredi 13 au Rectorat de Versailles pour un premier groupe de travail. Le délégué CAVL du lycée Toulouse Lautrec, Enzo CARLIER de TSTMG, a participé à la rédaction de documents préparatoires à la réunion prévue le 03 octobre avec Madame la Rectrice. Les sujets abordés ont donné lieu à la rédaction de :

 

  • Une lettre à l’attention des lycéens de l’Académie et visant à favoriser leur engagement.
  • Un questionnaire à l’intention des élèves de l’académie, portant sur l’usage de l’ENT, élaboré en collaboration avec la DANE afin de mieux identifier et comprendre les usages et besoins des lycéens dans leurs utilisations (en classe et hors classe) des ressources de l’ENT Monlycée.net.
  • Un questionnaire qui a pour but de mieux cerner les formes d’engagement dans le sport (questionnaire issu et traité par l’UNSS de l’académie, en liaison avec le CAVL).

Enzo continue à porter la voix de ses camarades cette année scolaire puisqu’il entre dans la deuxième et dernière année de son mandat. Le dynamisme du lycée Toulouse-Lautrec est toujours aussi appréciable : la démocratie lycéenne, bien vivante dans notre établissement, prend une valeur ajoutée lorsque nos élèves sont représentés au niveau académique.


Documents à télécharger :

Lettre de l’Académie aux lycéens
Infographie « Comment participer à la vie de mon lycée » ?
Questionnaire portant sur l’usage de l’ENT

Questionnaire en ligne concernant les formes d’engagement dans le sport
(application QR Code nécessaire)

Inauguration aquatique

Info groupe parents

Chers parents,

Vous avez pu évoquer, avec les médecins, les éducateurs ou les rééducateurs, mais plus difficilement avec d’autres parents, un certain nombre de questions concernant le quotidien de votre enfant.

Les psychologues du centre de soins vous proposent des rencontres qui vous sont dédiées, autour de ces sujets que vous souhaitez partager entre parents (La dépendance, les désirs impossibles, les relations fraternelles, l’arrivée au centre de soins, l’internat pour quoi faire ? l’adolescence et la demande d’autonomie…).

Ces rencontres se construiront à partir des questions, envies de chacun, en toute convivialité et confidentialité.

Nous vous attendons, pour cette première réunion, le lundi 14 octobre 2019 de 18h30 à 20h30, bureau des psychologues, RdC, couloir rose.

Merci de confirmer votre présence

Stéphanie Frileux
Email : stephanie.frileux@csr-tl.fr
Tel : 01 47 01 65 72

Valérie Protais
Email : valerie.protais@csr-tl.fr
Tel : 01 47 01 65 73

Tablettes pour nos étudiants

À « l’assaut » de l’Élysée

La classe de 5ème 1 du Lycée EREA Toulouse-Lautrec à l’Elysée le 4 Juillet 2019.

 

La visite de l’Elysée fut l’ultime moment fort de cette année scolaire 2018-2019 pour la classe de 5èmes 1.

Le JEUDI 4 juillet 2019, à 15h, Paul, Nell  et leurs 8 camarades de classe se réunissent sur le Perron de l’Elysée : un moment exceptionnel rempli d’émotions et de fierté.

La visite de quelques salles animée par un guide a permis à nos élèves d’enrichir leurs connaissances historiques de ce lieu prestigieux…

Madame MACRON est venue saluée la classe et cela n’a pas laissé nos élèves indifférents.

Ont accompagné cette classe : Monsieur PETIT, M.ROBIN, Melle MARCINKOWSKI, Gabriel CHANAOUI, Madame LEMENN, Madame CLINCHAMPS, Madame BOURDOIS, Madame MORCILLO, Mme LIMOUSIN.

 

Un « BEAU et BON MOMENT »

Primés au CNRP

Pour la deuxième année consécutive le lycée a participé au Concours national de la résistance et de la déportation. Dix élèves ont mené une réflexion collective sur le thème national : « Répressions et déportations en France et en Europe, 1939-1945. Espaces et histoire ».
Leur travail a été récompensé par un prix qu’ils ont reçu à la préfecture de Nanterre le 14 juin dernier.

« Ils vous expliquent leur démarche ci-dessous » :

Nous avons choisi d’aborder ce sujet avec la problématique suivante : politiques répressives et dispositif répressif, finalités des répressions et des déportations, espaces de la répression et de la déportation. Dès lors, il s’agissait de montrer l’évolution de l’espace répressif, ainsi que les formes de répressions et leur finalité selon les groupes auxquels elles s’appliquaient.

Très vite, comme notre groupe comptait des élèves de 1ère L, nous avons eu l’idée de nous appuyer sur les témoignages de victimes rescapées ou non de déportation. Il s’agissait de montrer la spécificité des espaces de répression ainsi que leurs formes à partir de témoignages étayés par l’historien ; le travail de l’historien consistant à avérer ces témoignages, dans un travail de fouilles et d’enquêtes.

Le premier enjeu méthodologique consistait d’abord à circonscrire un sujet qui nous semblait très vaste. C’est ainsi que nous avons décidé de restreindre à l’espace français, en tant qu’espace de répression et point de départ des déportations. Il s’agissait de montrer l’opposition entre le territoire parisien, théâtre de l’application des lois anti-juives, et la manière dont les Alpes maritimes ont constitué durant l’occupation italienne, une sorte de refuge pour les victimes des politiques anti-juives, avant de devenir, selon le terme de Simone Veil dans Une vie, une « nasse ». Le second enjeu résidait dans le choix des types de répression, et nous avons décidé de distinguer les déportés résistants des déportés raciaux. C’est ainsi que, puisque la France constituait un point de départ aux déportations, nous voulions ensuite montrer la différence entre l’Allemagne concentrationnaire et l’espace indicible de la solution finale.

Au cours de nos recherches, nous comprenions que les traces des répressions avaient été, dans certains espaces, volontairement effacées ; et nous avons affiché une volonté de recréer par la parole poétique ces espaces vides. L’écriture devenait pour nous l’occasion de combler les vides et de faire de la page poétique un espace symbolique mémoriel ; espaces physiques, espaces symboliques se rencontrant et faisant se croiser les regards des témoins et les nôtres, regards d’hier et d’aujourd’hui, où l’espace intime d’un poème comble l’espace vide, ou l’espace indicible.

Nous avons ensuite choisi notre corpus. Nous sommes partis de nos connaissances, de celles de nos professeurs. L’enjeu consistait à retenir des témoignages variés et complémentaires : des déportés résistants, raciaux (juifs ou tziganes) ; des victimes des répressions, en France, en Allemagne ; des témoins de l’indicible dans les camps d’extermination ; des femmes, des hommes ; des peintres, des écrivains ; un philosophe, un journaliste, un témoin au procès de Nuremberg ; un cinéaste, un photographe documentaire donnant la parole aux témoins… L’éclectisme nous semblait propice sinon à l’exhaustivité, du moins à la multiplicité des points de vue. Notre corpus est présenté et justifié dans l’éditorial de notre journal.

Nous étions dix, ce qui nous permettait de nous répartir le travail. Nous avons très vite décidé de produire un journal, un hors-série constitué d’articles que nous n’avions plus qu’à nous répartir. Ce sont nos affinités qui nous ont conduit à choisir les témoignages. Une phase de recherche documentaire a précédé la phase de lecture des œuvres et de recueil de citations, et ensuite la phase de rédaction des articles. Tout ceci se faisait une heure par semaine au lycée, et les travaux de lecture des œuvres et d’écriture des poèmes se faisaient à la maison.

Le logiciel libre «open source » SCRIBUS était notre outil pour la mise en forme du journal.
Le plus dur est de faire des choix, d’être synthétique, de respecter le calendrier et de maîtriser le logiciel de PAO.
Ce travail est formateur, il a permis de découvrir des œuvres, de réaliser des travaux aussi variés que la recherche documentaire, la synthèse de documents, la problématisation, la construction d’un plan, l’écriture de poèmes, d’articles. Il implique aussi le travail en équipe. Enfin, nous avons mieux saisi ce qu’est le travail de recherche de l’historien.

Parfois, la dureté des témoignages est violente, mais notre production, à l’heure des révisionnismes et autres négationnismes, est utile, pour ne pas oublier, pour lutter contre la tentation de la haine.

Yann-Ael Angelvy, Victoire Connan, Emmanuel Fernandez, Suranjan Jayasundra, Julia Hay, Samy Housni, Matthias Richard, Léa Sasportes, Solenne Tertrais, Lucile Zumsteeg

Temps forts sportifs 2018-2019

Tournoi robots Sumo 2019